Vimakio

Vimakio prit une plume et la tailla méticuleusement. Une arme. Chaque plume était une arme, un bouclier aussi pour se défendre contre la folie. La trempa dans le flacon d’encre : cette bourdaine qui ne pouvait jamais couler dans les veines de la résignation. Alors traça une première rune : une lettre qui n’apparaissait sur aucun des livres de la bibliothèque royale. C’était une rune venue d’un autre monde, la copie grossière d’un scintillement. Puis les signes se succédèrent les uns derrière les autres, entrelacés comme les branches d’un arbre sans racines. Sa main glissait frénétiquement sur le parchemin. L’encre noire brillait un instant sous l’éclat pâle des bougies, puis séchait faisant corps avec le vélin doux. Vimakio consignait tout ce que la fillette lui avait montré avant que les vestales l’aient trouvée… >>>

La septième constante

Articles récents

Catégories