Automnales

Une pulsation. Un feu. J’ai marché vers cette lumière comme nous marchions vers un but. J’ai emprunté des chemins qui n’en étaient pas et qu’ils en sont devenus. Je me suis écorchée. Mes arbres m’ont déchiré la chair. La peur que le feu efface mes souvenirs, qu’il troque mes arbres contre le besoin. Le feu était dans mon regard. Je l’ai vu en me penchant sur moi-même. Je suis tombée de cet arbre qui n’est plus. Devant moi, le jour se lève. Le feu s’éteint.

Automnales

Articles récents

Catégories